Jean-Philippe est musicien, Mathieu-Élie est moine. Ils étaient deux jeunes hommes perdus au plus fort de leur jeunesse. L’un dans la fête et l’excès, l’autre dans le relativisme et la recherche de vérité. Mais comme le dit Jean-Philippe : “Lorsqu’on se vide, ça laisse la place à la grâce.” Cette semaine, deux témoignages qui montrent que seul Dieu peut étancher nos soifs.

Jean-Philippe

Petit frère Mathieu-Élie

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *